L’ombre ou l’exil

J’écrirai les archives du vent

Et
En ce feu entretenu
D’un pas dans l’ombre
J’entre
enfin

Dans l’exil

J’écrirai les archives du vent

Une ombre a jailli
Sans déchirer le voile
Sans
creuser ce sillon
Sans

Effleurer
la terre et ma plaie

J’écrirai les archives du vent

Au nom de mes îles semées
Cachée derrière la porte
fermée

Derrière
la dernière trace
d’écume

Comme une main levée

J’écrirai les archives du vent

Et même la nuit
me déshabillera de ma peau d’encre

accroupie devant le feu
j’irai

Dans le même temps
étincelle
et poussière

étincelle

et poussière

dans l’ombre
qui danse

8 réflexions sur « L’ombre ou l’exil »

  1. Les archives du vent, une belle expression, oui il a en lui l’immortalité des choses et il les transporte. Belle poésie que j’ai aimé lire.

  2. Lili, si ces mots peuvent en inspirer d’autres…

    Adrienne, bienvenue !

    Lutin, merci pour votre lecture.

    Kouki, un peu d’évanescence…

  3. Je ne sais plus si tu es là, encore, dans l’absence… Si longtemps que tu te fais rare. Quand je viens relire, j’aime, toujours.

  4. Merci à toi pour ta présence chère Mademoiselle ! Je ne suis pas loin, mais trop occupée par un autre projet bien différent, quoique, ce lieu-ci je déserte. J’ai hâte de pouvoir y revenir…

Répondre à mlle d'enfer(t) Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.