Préhistoire maternelle, 1

Aussi loin que mes souvenirs remontent, j’ai désiré être mère. Comme certains enfants ont un ami imaginaire, moi j’avais… un enfant imaginaire. Je le portais en moi, et lui parlais longuement. J’avais ce besoin de lui transmettre mon expérience, mes émotions, mes réflexions, ce que suscitait en moi le monde dans lequel je grandissais. Un petit moi, peut-être, certainement même, avec le recul. Je n’aimais pas mon enfance et je savais déjà que je ferai autrement, avec mes enfants. Je savais qu’un enfant qui ment n’est pas un menteur, mais quelqu’un qui a peur, je savais qu’un enfant n’est pas coupable, mais le prétexte aux disputes de ses parents.

Parfois, mais pas assez souvent à mon goût, je rêvais de cet enfant, ou que j’étais enceinte. Ces rêves étaient remplis de sensations inconnues de moi dans le monde éveillé, et je me demandais si c’était celles que je connaîtrais en temps voulu. Que j’aimais ces rêves…

Depuis toute petite j’avais des chats, et longtemps il m’est arrivé de rêver que j’étais la maman de chatons. Je me souviens d’un particulièrement, lorsque j’avais 18 ou 19 ans. Dans une portée de chatons, l’un d’eux était différent, par sa couleur, jaune, et parce qu’il était tout petit et frêle. Il était rejeté par les autres. Envahie par des émotions très puissantes, je me suis réveillée en pleurant, et l’intensité de ce rêve, et ce petit chaton jaune, et les larmes, m’ont accompagnée non seulement tout ce jour-là, mais aussi longtemps par la suite.

Lire la suite

4 réflexions sur « Préhistoire maternelle, 1 »

  1. C’est étrange, d’avoir subit la violence de ma mère quasiment depuis la naissance, fit que depuis toujours j’ai su que je n’aurais jamais d’enfant.

    Et j’ai « servi » ma mère pendant … environ 46 ans :-)) avant de naître à MA vie. Il m’aura fallu tous ce temps là pour découvrir que lorsque une femme se vante de corriger un bébé d’un mois parce qu’il est méchant, ce n’est pas le bébé qui est le coupable.

    Amusant pour les chats, car moi je rêvais d’être le chaton et pas la mère :-) Ca doit confirmer l’absence de fibres maternelles chez les femmes de ma famille.

    Je t’embrasse

  2. que c’est joliment dit , moi aussi c’etait mon plus grand desir : avoir des enfants , c’etait si important et si preniant , cette envie d’enfants , que je n’ai pas regardé l’homme , qui m’a fait mes enfants , j’ai mis 30 ans a m’en remettre , et mes enfants en ont cruellement souffert
    Je t’embrasse

  3. L’Arpenteuse> Enfant, j’avais un grand sentiment d’injustice face au comportement de ma mère. Elle était très déprimée, se mettait très souvent en colère et nous en rendait responsable. Réparer cette injustice a sans doute été l’un des ferments de mon désir d’enfant.
    Et pour les oniriques chatons, il est fort probable que j’étais leur mère et eux-mêmes tout à la fois! :)
    Des bises

    renee> Bienvenue! Je comprends ce que tu dis. La vie m’a offert de rencontrer la bonne personne à 30 ans. Si j’avais eu des enfants avec mon ex-compagnon cela aurait sans doute été une catastrophe… Heureusement il n’en voulait pas…
    Bises à toi

  4. Ping : Bloguer ou ne pas… suite at Enfantissages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.