Permis de tempête (Tu danses (3))

Que pourrais-je avoir vécu dans le hangar soupesé de ta conscience un rien dans la terre infertile de tes claquements de doigts des cris inarticulés me franchissent dans le seuil de mon être-corps tant d’images de moi superposées filtres couleur philtre où perdre visage et bouche tu chercheras à qui appartient ce cheveu d’or déposé par la colombe et le long du corps y dort la même ondulation du mirage j’ai répondu à la quatrième question j’ai cueilli la fleur blanche et hissé la voile noire tu pars et dans l’effort de la cadence heurtée tu pars en guerre avec à l’âme cette épée nue plantée que pourrais-je avoir vécu que pourrais-je avoir vécu dans le hangar soupesé de ta conscience quand tu me tends ce bras mort où tu navigues avec tes souvenirs pour équipage et des chimères pour guide.

8 réflexions sur « Permis de tempête (Tu danses (3)) »

  1. moi je voyais qu’elle ne voulais plus danser, ou alors comme une folle, une danse de colère trépignante qui dit ça suffit, une danse de chocs, de heurts (à cause du hangar et de la tempête sûrement)

  2. oui, une danse de chocs et de heurts, ça me parle aussi, une danse dans le dedans qui dit que le corps crie de l’intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.