Sur le fil

En fermant les yeux
j’entre dans la flamme

en dissolution
espérée

en fin de limites
en fin de peau

qui vacille
sous les cils

enceinte au front
des arcanes

*

que je glisse
au fond de l’eau épaisse

du monde dans l’étreinte
impossible

des lueurs
empêchées de vivre

que je sonne
que je vibre

dans la lenteur
espérée

dans la fronde
dans le cercle

dans le noir
dans ma nuit

sur le fil

13 réflexions sur « Sur le fil »

  1. Luc, pas tant que ça voyons…

    Mamzelle, ne t’inquiète pas, l’équilibre c’est précaire par définition.

    Dominique, merci pour vos encouragements!

    Frédérique, oui! merci de votre passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.