Miettes

C’est encore cette courbure qui se tend
pour accueillir les secondes
ou chaque point de la ligne érodée

Moi je ne suis déjà plus là
encore transparente dans l’ombre

Mes miettes s’écoulent dans le vent
qui enveloppe le monde
à la recherche d’une racine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.