De la lumière

Tu le sais. Je me sens emplie d’un amour infini pour les êtres et les choses. Pour la vie, pour les âmes, pour les corps. Pour la musique qui est à la source même de ma propre vie, vibrante, dans chacune de mes cellules. Et je ne peux laisser cette musique s’éteindre. Quelqu’un doit l’entendre.

Aimer c’est tomber dans le vide. Tomber dans la vie. C’est tenir l’autre par la main et sombrer dans l’espace sans fin. C’est tomber toujours plus profondément dans l’univers. Parmi les étoiles.

Vivre. Aimer. Mourir. J’aime tant, j’aime tant la vie que je voudrais mourir. Mourir à moi-même. Me laisser tomber. Infiniment. Dans la musique de mon silence. Dans le silence de la danse des étoiles.

S’échapper. Se lever et sortir. Partir sans bagage. Seulement la musique. Celle qui fait vibrer tout en moi, autour de moi. Danser le vent dans les êtres et les choses.

Je suis l’univers.

Partir et marcher sans fin. Le jour, la nuit. Sous les pluies de pétales du printemps, dans le vent et les vagues des champs, dans les cristaux de neige, sans fin. Dans l’expansion de l’horizon. Jusqu’au bout du monde.

Aimer. Être une étoile.

Et au bout du monde disparaître en laissant au yeux du monde la splendeur d’une super nova.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.