Vivement le départ

La fatigue m’emporte. Mon corps me porte encore. Courbe du dos enroulée en fœtus.

*

Architecture de cartons, instables gratte-ciels, cartons rebelles à moitié pleins à moitié vide.
*

Va et vient, paperasse, circulation accélérée. Faire le vide. Remplir, vider.
*

Relire de vieilles lettres et pleurer. Regarder l’avenir. Se redresser.
*

Vivement le départ. Dormir léger.

6 réflexions sur « Vivement le départ »

  1. Entre le nord et le sud, d’est en ouest. Petit prix parfois fort pour l’accession à la liberté chérie. Contre toute attente, à contre-courant des migrations pendulaires, je m’épanouis… Volonté d’atypisme / soif de sinuosité…

  2. C’est joli ça, « soif de sinuosité ». C’est vrai que les autoroutes bien droites c’est ennuyeux au possible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.