Ton nom, par Florence Noël

3848565743_ae3524657a1.jpg
(Photo : Florence Noël)

rien n’imprime rien
sur ma paume corrodée
sinon ton nom

je ne te cherche plus
-assez dit l’heure assez –
je ne cherche qu’en lèvres
en glacis de salive
bandées pour l’aube et son parfum de
chute

toi
magnifique élancement des mondes
que mon corset englobe
respiration d’un faune
dans le phrasé d’un phare
tu es cette petite lacune de ma fièvre
mon peu de mort
reçu sans égard

moi
que j’ai vu mourir bercée de feu
trempés à des tempes
mes doigts luire de douceur
avant d’effriter leur caresse
comme on s’ébroue d’un rêve

j’avoue

je ne te cherche plus
pentagramme écrié
quand ma bouche s’éride
dans la déchirure des mouchoirs

à quels signes de mon visage
renoueras-tu l’ombre à
mon nom
– similitude de nos nudités –

l’églantine s’allège de quelques épines
à ma cheville
sa joie d’être trouvée
est
ce que tu m’es pour nom

Florence Noël

***
Et pour lire mon texte sur les pages de Panta Rei, c’est ici.
***
Les autres participants aux Vases communicants de mai 2010:

France Burghelle Rey et Morgan Riet
Anthony Poiraudeau et Loran Bart
Anna de Sandre et Francesco Pittau
Mathilde Roux et Anne-Charlotte Chéron
Michèle Dujardin et Daniel Bourrion
Jean Prod’hom et Arnaud Maïsetti
Christophe Sanchez et le coucou
Antonio A.Casili et Gaby David (english)
Michel Brosseau et Christine Jeanney
Matthieu Duperrex et Pierre Ménard
Joachim Séné et Franck Garot
tiers livre et kill me Sarah
Juliette Mezenc et Ruelles
Cécile Portier et Luc Lamy
Chez Jeanne et MatRo7i
Landry Jutier et notes&parses
Ana jardin sauvage et Piero Cohen-Hadria
Florence Noël et Juliette Zara
Arnaud Maïsetti et Jean Prod’hom
Marianne Jaeglé (Décablog) et Brigetoun (Paumée)

14 réflexions sur « Ton nom, par Florence Noël »

  1. Vous êtes donc musicienne, vous aussi… Cantate profane qui ravit mes pupilles au son des images qui les percutent. J’ai la tête pleine, et mâche vos mots qui ceignent les pensées jusqu’à l’os. (rien n’est clair dans mes propos, lisez que « j’aime beaucoup »)

  2. Je suis bien d’accord avec vous ! c’est un scandale !! Je vais de ce pas me plaindre aux fabricants.

  3. Eh bien, mais qu’est ce que vous faites, enfantissages. Vous êtes où ? Vous avez vidé le vase et maintenant vous en tenez un bonne qui dure, quand même. Faudrait voir à prendre une grosse aspirine et à revenir nous voir. (C’est vrai ça, on est au courant de rien – enfin, surtout moi.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.